kolito

Bienvenue sur mon blog

  • Accueil
  • > Non classé
  • > « Total Bullshit » : une tentative de doter dun corpus théorique la notion de « post-vérité »
27
mar 2018
« Total Bullshit » : une tentative de doter dun corpus théorique la notion de « post-vérité »
Posté dans Non classé par kolito à 12:24 | Pas de réponses »

En poursuivant votre navigation sur ce site vous acceptez nos et lutilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptes a vos centres dinterêts et vous permettre lutilisation de boutons de partages sociaux

Livre Elu « mot de lannee 2016 » par le dictionnaire dOxford le concept de « postverite » a une epoque où les faits comptent moins que les croyances ou sa declinaison plus floue en<a href="http://informatique.pliggfra.com/1/annonces/4_multim-amp-eacute-dia/22_informatique/49353_dell-optiplex-755-dual-core-2ghz-2g-80g-ecran-17-amp-quot-.html »>core les fameuses « fake news » les « fausses nouvelles » sont devenues en quelques mois une nouvelle antienne du debat mondial Pourtant il nexistait jusquici que peu de litterature serieuse sur la question specialement en français

Chercheur en neurosciences et neuropsychologue au Laboratoire des sciences cognitives et neurologiques de luniversite de Fribourg (Suisse) specialiste notamment des theories du complot Sebastian Dieguez a voulu depasser le caractere tres contemporain de cette idee pour en trouver la racine

Dans Au cSur de la postverite publie a linitiative du sociologue Gerald Bronner specialiste de la rumeur il propose de revenir a un autre concept plus ancien : celui de « bullshit » Litteralement « merde de taureau » que lon traduira plutot bien quimproprement par « foutaise » Un concept developpe notamment par le philosophe americain Harry Frankfurt dans un celebre ouvrage On bullshit publie pour la premiere fois en 1986 et traduit en français en 2006 sous le titre De lart de dire des conneries qui a connu un certain succes public

« Des effets aussi nocifs que concrets »

La theorie de Frankfurt decrit le bullshit non comme un etat intermediaire entre verite et mensonge mais plutot comme une indifference a legard de la verite Tout a la fonction performative de son discours le « bullshiteur » ne connaît pas necessairement la verite (ce quimplique un mensonge) car elle lui est egale : limportant ce sont les benefices quil attend de son discours quils soient politiques mediatiques ou tres concrets

Si chacun simagine aisement telle ou telle figure de bullshiteur il faut comprendre explique M Dieguez que nous sommes

meteo) sur Le Mondefr le site de news leader de la presse française


Fil RSS 2.0. Vous pouvez laisser une réponse.

Laisser un commentaire

LS |
hauteurs |
francaiss |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | The blog of Nicolas
| Ni OUI ni NON
| elevator